LES TROISIÈMES ASSISES DE LA
FÉDÉRATION EUROPÉENNE DES ASSOCIATIONS LUTTANT CONTRE
L’ISOLEMENT ET POUR LA PRÉVENTION DU SUICIDE (FEALIPS)

Individu(s) en crise – Société(s) en crise

Le 07 septembre 2017 au Parlement Européen à Bruxelles

ARGUMENTAIRE
Où en est-on des pratiques de prévention de l’isolement et du suicide au niveau européen ? Quels questionnements ? Quelles réflexions ? Quelles expériences ? Quelles réussites ? Quelles difficultés ? Quelles attentes ? Quelles perspectives ? Voilà des questions pragmatiques qui justifient l’existence de la FEALIPS depuis trois ans et sa volonté de fédérer toutes celles et tous ceux qui s’inscrivent dans une approche préventive et clinique de l’isolement et du suicide. Quelles sont les sources au désarrimage sociétal qui poussent un individu, confronté à sa propre histoire, aux injonctions pour construire sa propre identité et ne pouvant plus s’adapter à son environnement et à la complexité croissante de la vie sociale, à se couper de ses pairs et à aller jusqu’au meurtre de soi-même ?
C’est pourquoi la FEALIPS organise ses troisièmes Assises
le7 septembre 2017 au Parlement Européen de Bruxelles, sur le thème :
Individus en crise – sociétés en crise.

Il s’agira de mettre en perspective l’état des pratiques, des singularités, des questionnements, des travaux et des attentes pour l’ensemble de nos adhérents afin d’ouvrir le débat transdisciplinaire, sous forme d’échanges entre nous et de définir des perspectives de travail pour l’avenir. Nous n’avons pas à ce jour des chiffres suffisamment fiables de l’ampleur de l’isolement et du nombre de morts par suicide au niveau européen. Nous devons également enrichir notre connaissance de ce phénomène dans l’ensemble de ses composantes (psychologique, sociologique, économique, existentielle, politique, etc.) Pour l’ensemble des 28 pays de l’Union européenne, le taux standardisé de décès par suicide s’élève à 11,7 pour 100000 habitants en 2012.1Ce chiffre se décline à titre indicatif : 11,1 en Suisse, 9,7 au Luxembourg, 18,76 en Belgique, 14,7 en France, etc.1 En France, ce sont chaque année 10000 personnes qui mettent fin à leurs jours, et environ 200000 personnes qui sont hospitalisées à la suite d’une tentative de suicide. Ce sont des vies brisées, des familles endeuillées, des professionnels de santé souvent désemparés. C’est une société qui s’interroge, aussi, sur sa part de responsabilité.1
Quand ou comment la prévention du suicide rend fou… qui s’y engage s’y brule, qui s’y implique s’y perd : de même qui ne connait pas le parcours kafkaïen pour la recherche de financement de la prévention du suicide et de l’isolement ? Il est vrai que le sujet n’est guère porteur chez nombre de nos représentants politiques et institutionnels. Les associations se démènent avec fougue et sagacité pour faire toujours plus avec moins. On peut se demander si le prix de cet investissement n’est pas à mettre aux comptes de pertes et profits des œuvres dites charitables, considérant que l’engagement des bénévoles et des professionnels suffiraient à maintenir à flot ou à colmater les désespérés de la vie et de l’univers sociétal que cette vie recouvre. Nous sommes aujourd'hui passés à une logique hyper gestionnaire et normative qui ne tient plus compte des singularités situationnelles et qui nous impose ses indicateurs comptables sans prendre le temps de considérer sur le fond les contenus qualitatifs des actions dans leur historicité. Combien d’énergie supplémentaire faudra-t-il dépenser pour faire valoir que les préventions tertiaires, secondaires et primaires, au niveau européen, méritent une attention à la hauteur des enjeux sanitaires et sociétaux que la réalité impose et pour ne plus considérer l’isolement comme un dégât collatéral et le meurtre de soi-même comme une fatalité.
Le réseau associatif que nous représentons doit peser de tout son poids sur ce débat sociétal au sein de la société civile pour « impacter » les choix institutionnels, mutualiser la dynamique réflexive et opérationnelle et agir concrètement pour un mieux-être de tout un chacun. Ces troisièmes Assises de la FEALIPS doivent être l’occasion de consolider nos fondations collaboratives et de définir des axes de travail créatifs et singuliers pour les trois prochaines années, merci à toutes et tous pour votre contribution.
Christian Lujan, Président du Comité d’organisation des 3e Assises.

Parution du bulletin de la FEALIPS, Fédération Européenne des Associations
Luttant contre l’Isolement et pour la Prévention du Suicide 


Lien vers le bulletin complet ici